Communiqué de presse

Une étude IDC/Flexera Software montre que la virtualisation expose encore plus les entreprises aux risques de non-conformité des licences logicielles

Les tensions entre les éditeurs de logiciels et les entreprises peuvent s'accentuer avec l'augmentation des pénalités pour non-conformité favorisée par les environnements virtualisés

Paris - 9 juillet 2014 - Les tensions entre les éditeurs de logiciels et les entreprises utilisatrices sont sujettes à exacerbation sur le terrain de la virtualisation. Alors que les éditeurs et les fabricants d'appareils connectés modifient leurs règles de licence pour tirer parti de la virtualisation, beaucoup d'entreprises ne mettent pas en place les processus et technologies permettant de tracer et gérer leurs applications virtualisées. En conséquence de quoi ces entreprises peuvent se retrouver en situation de non-conformité par rapport aux termes des licences de ces applications, et donc sous la menace de sanctions financières plus importantes.

C'est la conclusion du nouveau volet de la dernière étude menée conjointement par IDC et Flexera Software publiée sous le titre « 2013-14 Key Trends in Software Pricing & Licensing Report ». Il s'agit de la neuvième édition annuelle d'une étude consacrée aux problématiques et tendances principales pour les éditeurs de logiciels, les fabricants d'appareils intelligents, et les dirigeants et managers des entreprises technologiques. Le rapport montre, entre autres enseignements, que 42% des éditeurs de logiciels prévoient de modifier leurs politiques de licences et de conformité pour la virtualisation. Parallèlement, 39% des entreprises déclarent ne pas gérer du tout leurs licences logicielles dans les environnements virtuels, ou tout au mieux de manière manuelle.

« La virtualisation ajoute beaucoup de complexité aux licences logicielles et crée de nouveaux défis de conformité pour les clients », commente Amy Konary, Vice-président Research « Software Licensing & Provisioning » chez IDC. « Nous avons observé beaucoup de situations où les économies attendues par les entreprises grâce à la virtualisation disparaissaient, tandis que les coûts augmentaient à cause des frais de licences plus élevés. Les entreprises ont tout intérêt à comprendre précisément les implications de la virtualisation en termes de coûts de licences et à adopter les bonnes pratiques et technologies de gestion des licences logicielles si elles veulent réduire ce risque et prendre les bonnes décisions. »

Selon le rapport, les éditeurs de logiciels font rapidement évoluer leurs tarifs et leurs stratégies de licences logicielles… tout en ignorant largement les difficultés auxquelles leurs clients font face pour gérer les droits d'utilisation des logiciels. 33% des éditeurs de logiciels déclarent avoir modifié leurs modèles de tarifs et de licences au cours des 18-24 derniers mois. 48% indiquent que la principale raison les ayant poussés à faire ces modifications est la génération de revenus supplémentaires. Interrogés sur l'impact de ces changements sur leurs clients, près de deux tiers des éditeurs de logiciels - 59% - déclarent qu'il n'est pas difficile pour les entreprises de déterminer quels produits elles sont en droit d'utiliser.

En réalité, les entreprises ont d'énormes difficultés à gérer leurs droits d'utilisation et à rester en conformité. Comme le montrait le volet Software License Audits: Costs & Risks to Enterprises de l'étude « 2013-2104 Key Trends in Software Pricing and Licensing Survey », 85% des entreprises sont en situation de non-conformité par rapport à leurs contrats de licences logicielles. Avec 39% des entreprises déclarant, dans le nouveau volet présenté aujourd'hui, qu'elles ne gèrent pas les licences de leurs applications virtualisées - ou tout au mieux manuellement -, les audits des éditeurs de logiciels ont toutes les chances d'identifier encore plus de licences logicielles non-conformes. Une situation qui va exacerber les tensions qui peuvent exister entre les éditeurs et leurs clients.

« Les relations entre les éditeurs et leurs clients sont déjà parfois sensibles. Aucune entreprise n'apprécie de devoir se défendre face à l'audit d'un éditeur de logiciels, et encore moins de payer des pénalités », commente Jim Ryan, COO de Flexera Software. « Les éditeurs de logiciels doivent prendre conscience de la difficulté que les entreprises les mieux intentionnées ont à rester en conformité avec les termes de leurs contrats de licence. Les entreprises, quant à elles, doivent mesurer à quel point la virtualisation les expose encore plus aux risques de non-conformité, et ont tout intérêt à mettre en place les bonnes pratiques et technologies pour gérer ces risques. »

***

Ressources :

Accédez au rapport 2013-14 Key Trends in Software Pricing & Licensing Survey: Virtualization, License Compliance and the Application Producer/Enterprise Relationship

Learn more about Flexera Software's:

Suivez Flexera Software…

À propos de Flexera Software
Flexera Software aide les éditeurs de logiciels et les entreprises à optimiser l'utilisation et la sécurité de leurs applications, leur garantissant ainsi d'en tirer le meilleur parti. Nos solutions de gestion des licences, conformité, cybersécurité et installation de logiciels sont essentielles pour garantir la conformité continue des licences et l'optimisation des investissements logiciels, ainsi que pour vous protéger des risques et des frais liés à l'évolution constante des technologies. Plus de 80 000 clients accordent leur confiance à Flexera Software, leader du marché depuis plus de 25 ans, pour son savoir-faire et son expertise et pour les fonctions d'automatisation et l'intelligence incluses dans ses produits. Pour plus d'informations, consultez notre site Web à l'adresse : www.flexerasoftware.fr

A propos du rapport: 2013-2014 Key Trends in Software Pricing & Licensing Survey
Depuis 2004, Flexera Software publie avec différents partenaires l'enquête Key Trends in Software Pricing and Licensing. L'édition 2013-2014 a été menée par Flexera sur la base des données fournies par la division Software Pricing and Licensing Research d'IDC, sous la direction d'Amy Konary, Vice-président Research « Software Licensing & Provisioning » chez IDC. Le rapport annuel analyse les bonnes pratiques en matière de gestion des licences logicielles, des tarifications et de la mise en application des licences. L'étude est menée auprès des responsables des éditeurs de logiciels, fabricants d'appareils intelligents et entreprises utilisatrices. Au total, 1828 personnes ont participé à l'étude, dont 430 dirigeants d'entreprise et 1398 dirigeants d'éditeurs logiciels et de fabricants d'appareils intelligents.

Pour plus d'informations, contactez :

Flexera
Amanda Ingalls
(949) 241-1515
aingalls@flexera.com

* Toutes les marques commerciales tierces sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.